Forum yaoi, +18, thème fantasy anges, démons, déchus, primordiaux. Quatre races opposées dans l'idée de récupérer la meilleure part du gâteau pour eux.

Partagez
 

 Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité



Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyLun 26 Mar - 0:08

La curiosité n’avait pas tardé à être plus forte que son envie de ne pas sortir, pour croiser le moins de monde possible - et surtout pas un certain démon aux cheveux bleus - et Alshiv s’était retrouvé, en début de soirée, devant le manoir Arkhenneld. Au lieu de son Kironar, il avait pris un Griffon des nuages et de quoi prendre une collation sur place. Il savait que Sreyn passait la soirée chez lui, et également qu’en général, le chirurgien détestait cela. Par conséquent… il n’allait pas refuser, hein ?

“Je viens voir Sreyn.”, annonça-t-il simplement.

Il avait l’habitude d’être toujours accueilli dans le manoir, ne s’était jamais posé de question à ce sujet, et sourit timidement lorsqu’il fut amené en face du chef de famille. Il y réussissait, progressivement. Sourire sincèrement, parce qu’il commençait à comprendre que Sreyn ne le rejetait pas. Avoir l’impression qu’il avait le droit de vivre, pour autre chose que perpétuer le nom de son père… Il se rapprocha de son aîné, lui posant un baiser sur la joue et profitant pour respirer brièvement son odeur. Il aimait celle-ci, la trouvant particulièrement rassurante.

“Bonsoir, Sreyn. Tu vas bien ? Tu es libre, ce soir ?”

Le roux n’était tout de même pas encore parfaitement à l’aise. Ils avaient besoin de réapprendre à se connaître, il gardait toujours cette impression désagréable qu’il représentait, avant tout, ce qui restait de Klane. Et quelques points de discorde - comme les récentes scarifications sur son dos - lui donnaient l’impression que rien ne serait jamais comme avant, qu’il y aurait toujours un malaise entre eux… Pourtant, progressivement, Alshiv réalisait qu’il voulait que son aîné le voie comme autrement que “le fils de Klane”. Il ne savait simplement pas comment y parvenir, tout en se retenant à cause de tout ce qui le paralysait encore.

Il donna quelques nouvelles également, hésitant à entrer dans le vif du sujet tout de suite. Pourtant, il finit par ne plus y tenir et attrapa la manche de Sreyn, les joues légèrement rouges sous son masque.

“Vu que tu ne fais rien… on pourrait aller au niveau du Styx ? Ca fait quelques jours, donc il ne doit rien y avoir de dangereux, et… j’aimerais bien aller voir...”, commença-t-il, avant de rougir un peu plus en ajoutant : “.. Avec toi. J’ai pris un griffon, pour que tu n’aies pas à m’attendre avec Rey. Et de quoi pic-niquer ?”

Le sourire qui étira ses lèvres lorsque son aîné accepta, son expression s’illumina brièvement. Petit à petit. S’habituer avec ses proches à se montrer plus accessibles. Montrer à Sreyn qu’il n’était pas juste la coquille vide qu’avait laissée Baelsab de lui. Il le laissa pourtant gérer les détails techniques, sans protester si jamais Sreyn préférait qu’ils ne prennent que Rey. Il avait parfaitement confiance en son Griffon des nuages, mais ce n’était pas ça qui importait, par rapport au fait de passer une soirée, normalement, juste avec Sreyn.

Une fois sur place, Alshiv récupéra le panier de victuailles. Il s’était assuré que celui-ci contienne à coup sûr ce qui plaisait à son aîné, que ce soit en alcools - qu’il partagerait avec lui - ou en nourriture. Il voulait faire des efforts. Avoir le droit de vivre, même si pour l’instant c’était un peu plus un devoir qu’autre chose.

“Là, on sera bien.”, décréta-t-il en attrapant le bras de Sreyn et en le tirant un peu à l’écart de la foule, après avoir salué ceux qu’ils croisaient, comme le devait un chef de ligue et son second.

Alshiv posa une fourrure par terre et s’y installa, tapotant la place à côté de lui pour que le chirurgien s’asseye. Sans reprendre la parole tout de suite, il sortit deux verres et y fit couler l’alcool qu’il avait retenu comme préféré de Sreyn, avant de trinquer avec lui.

“Merci d’être venu.”

Le roux ne chercha pas à reprendre la parole tout de suite, appréciant simplement d’être auprès du chirurgien sans estimer que celui-ci voulait le tuer. Il l’avait libéré de ce poids, et d’autres suivraient, progressivement. Et une fois qu’il serait libre…

Alshiv eut un vague rougissement et avala de travers, toussant brièvement. Vraiment… Il devait bien avouer que “ça” le travaillait de plus en plus. Il sentait qu’il avait envie de sauter le pas - et pas que le pas - sans oser encore. Surtout… Sreyn l’aurait frappé s’il lui avait avoué, mais il ne voulait pas lui imposer ce nouvel apprentissage. Il ne voulait pas manquer de le confondre avec Baelsab, il avait peur de lui en demander trop, des choses qui abîmeraient leur relation. Il ne voulait l’imposer à personne, dans l’absolu, même si son esprit s’échauffait facilement lorsqu’il s’égarait à penser à l’Exécuteur Suprême.

Pendant quelques minutes, le roux donna des nouvelles de son commerce et l’évolution du Ceroar confié par Satan, tout en tendant régulièrement à son aîné quelques préparations à la viande marinée. Il voulait réellement lui faire passer une soirée où il n’y ait pas toutes ses erreurs entre eux… Mais il n’oubliait pas, non plus, ce qu’il avait promis à son aîné. Aussi finit-il par enrouler une mèche de cheveux autour de son index, un peu mal à l’aise.

“Srey'…? Le Seigneur Gharaon… m’a invité au théâtre. Je n’ai pas encore répondu… Je pense refuser, mais...”

Mais il en avait envie. Il regardait un monde qui lui plaisait, auquel il n’osait pas accéder, et Rhain ne cessait de tendre la main pour l’y emporter. Parfois, il ne pouvait s’en empêcher. Il acceptait l’invitation, restant toujours sur la défensive, et avait ensuite du mal à analyser leurs interactions.

“Je ne sais pas vraiment quoi faire, avec lui… Et comme tu veux que je te parle de tout… Mais si tu préfères, on peut simplement… profiter de la soirée sans l’évoquer ?”
Revenir en haut Aller en bas
Sreyn Arkhenneld

Sreyn Arkhenneld

Chirurgien de Guerre

Chirurgien de Guerre


Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:16

Il y avait toujours des dossiers à monter, les requêtes et propositions d'ordre du jour pour la ligue à valider ou décliner, des ordonnances, l'inventaire des stocks à vérifier, les commandes à valider.. Il y avait la ligue, l'entreprise, la légion, la chambre des nobles, les serres, l'entretien du manoir, les écuries, la politique, sa famille, la Géhenne. Il y avait ce qu'il pouvait déléguer, ce qu'il avait déjà délégué, les informations dont il refusait de se passer et ce qui lui revenait de droit de par sa naissance ou son statut. Il avait accepté tout cela en embrassant chacun des titres que les diablotins accolaient à son nom en fonction de l'occasion. Il n'y avait que Keff pour les accoler tous en gonflant le torse pour en faire un étendard.

La plume du chirurgien s'immobilisa au-dessus du vélin alors qu'il relevait la tête et étirait son aura pour s'assurer de ce qu'il avait cru entrevoir. Alshiv. S'ils avaient mis les choses au clair, on ne pouvait pas réellement dire que l'Arkhenneld avait cessé de s'inquiéter pour son cadet. Sreyn n'oubliait pas que celui-ci avait essayé de venir le voir au manoir suite à la visite de Baelsab et qu'il n'avait pas su être là. Il se souvenait parfaitement de ce soir-là, il n'y avait eu ni opération ni mission de la légion. Rien sinon le manoir vide, immense, cette suite qu'il occupait depuis plus de 80 années sans avoir su y apporter ce petit quelque chose qui ferait  qu'il prendrait plaisir à y rester, même seul. Il avait tourné en rond en ressassant beaucoup trop de choses jusqu'à ce que se trouver simplement là lui avait été insupportable. Il était parti pour fuir le passé au moment où celui-ci rattrapait Alshiv. Il leur aurait au moins fallu être deux mais chacun avait été contraint de faire sans, avec les conséquences que l'on connait aujourd'hui. Depuis, il hésitait avant de passer les portes du manoir.

Ainsi lorsque la présence de son maitre de ligue s'était confirmé, Sreyn avait relégué ses dossiers dans le premier tiroir de son bureau de bon cœur bien qu'avec une certaine appréhension. Néanmoins, il savait pertinemment qu'il n'aurait pas beaucoup à attendre avant de se retrouver face au dresseur. Il avait effectivement donné des ordres stricts à ce sujet faisant de son cadet une priorité absolu qui entrait au manoir par la première porte pour n'en parcourir que le chemin le plus court.

Et lorsque celui-ci se trouva face à lui, occupant la pièce de sa présence, son bureau lui sembla soudainement plus agréable. Le seigneur Strashen avait l'air d'aller relativement bien  physiquement, de ce que le regard scrutateur du chirurgien pouvait en voir alors que le dresseur s'approchait de lui pour déposer un baiser sur sa joue, renouant timidement avec ces contacts qu'ils avaient toujours plus ou moins entretenu jusqu'à la mort de son père. Sreyn passa affectueusement la main dans les mèches de feu de son cadet alors qu'une lueur amusée éclairait son regard d'or.

- Je suis content de te voir a la chaleur qui transparaissait de cette voix grave, nul n'aurait pu douter de la sincérité de ses propos. Quant à ma soirée, je te l'offre volontiers

Le chirurgien eu un nouveau sourire alors que ses yeux ne pouvait s'empêcher de le détailler, faisant fit de son léger malaise bien compréhensible. Bien sûr, une partie de lui notait toujours machinalement ici et là les différences ou ressemblances avec Klane. Comment aurait-il pu en être autrement ? Plus Alshiv grandissait, plus il lui ressemblait et Sreyn doutait de parvenir à se remettre un jour de la mort de son ami. Et s'il devait être tout à fait honnête, il admettrait qu'il ne le souhaitait pas. Il est des blessures avec lesquelles il faut apprendre à apprivoiser la vie et Klane était de celle-ci. L'Arkhenneld nota toutefois que son cadet ne s'était pas encore tout à fait remis des privations et traitements qu'il avait fait subir dernièrement à son corps. Sreyn l'avait déjà connu en meilleur santé et quelques kilos en plus ne lui ferrait vraiment pas de mal mais au regard des derniers événements, on pouvait dire qu'il s'en sortait bien. Alshiv avait toujours été résistant, c'était un héritage qu'il portait dans son sang bien que l'Arkhenneld aurait souhaité que ses héritiers ne passent pas leurs temps à en repousser les limites.

Ils s'assirent sur l'un des fauteuils du petit salon et échangèrent les politesses d'usage, abordèrent les quelques nouvelles concernant la ligue, et Alshiv lui transmis le bonsoir de ses deux sœurs ainsi que quelques nouvelles de sa boutique. Sreyn l'écoutait en souriant tranquillement, simplement satisfait de le voir, il aurait pu tout aussi bien lui réciter l'arbre généalogique des 100 premières familles sans que l'Arkhenneld n'y trouve rien à redire. Mais le dresseur lui attrapa la manche et Sreyn baissa les yeux sur cette main qui quémandait sans oser le toucher. Il y avait quelque chose de troublant à le voir ainsi rougir pour lui demander ce temps qu'il était tout disposé à lui donner.

Le chirurgien ouvrit la bouche et un grand cri impérieux se fit entendre. Sreyn tourna vivement la tête vers l'énorme porte fenêtre qui donnait directement sur le balcon sans barrières surplombant les jardins de la propriété. En moins d'une seconde une de ses mains de ténèbres avait ouvert la double porte, épargnant ainsi à celle-ci de se trouver lacéré par les serres aiguisées du Reyshar. L'oiseau qui eut un battement d'ailes pour esquiver le fouet de ténèbres qui venait réprimer sa tentative d'invasion. Chacun agissait en semblant deviner les mouvements de l'autre, trahissant l'habitude. Sreyn s'était levé alors que Rey avait poussé les portes, se baissant, les ailes plaquées contre son corps immense et la tête aux pieds du démon qui sifflait sa désapprobation. Mais l'oiseau ne bougeait pas, patient.

- C’est à se demander qui dresse qui ici... grogna le chirurgien pour lui-même en jetant un regard en coin à Alshiv avant de soupirer en s'écartant pour le laisser entrer dans le salon. On comprenait mieux la présence d'un tapis épais pour protéger le bois précieux du parquet et le fait que la pièce avait été réaménagée pour ne laisser aucun meuble en son centre. Le reyshar se redressa alors autant que la pièce pourtant haute de plafond le lui permettait, plissant les yeux vers le dresseur avant d'émettre un bruit de gorge comme un roucoulement doux.

- T-t. Tu t'allonges Rey. L'oiseau s'exécuta sans lâcher le roux de son regard d'oiseau de proie qui n'inspirait pas confiance. Sreyn se gratta la nuque avant de se retourner vers le dresseur avec une grimace et l'air de celui qui vient de se faire prendre la main dans le sac. Hrm.. On a.. disons pris quelques habitudes..mais c'est rare et il ne mange jamais à l'intérieur ! La plupart du temps d'ailleurs il reste dehors c’est juste que j’ai voulu essayer une fois et depuis il... Bref. Il eut un sourire et un haussement d'épaule fataliste. Bon... Vient lui dire bonjour avant qu'il ne se vexe. Il n'a toujours pas meilleur caractère.
 
L'oiseau sembla content de retrouver Alshiv mais s'offensa bruyamment de son absence d'offrande à son égard, ce à quoi Sreyn coupa court avec autorité. Il fut toutefois contraint d'admettre qu'il soupçonnait les diablotins de n'avoir trouvé que cela pour s'épargner le courroux de l'animal  au caractère exécrable qui jouait maintenant les seigneurs et avait pris de très mauvaises habitudes. Il devait s'en occuper mais n'avait pas encore véritablement trouvé le temps de le faire jusqu'ici. Il fut décidé qu'ils iraient tous deux jusqu'au Styx sur le dos du Reyshar qui tolérait assez mal la présence d'autres montures. Chaque aveu concernant le laxisme dont il pouvait faire preuve avec l'animal tirait des grimaces agacées au chirurgien qui n'avait jamais été contraint de regarder les choses en face jusqu'ici.

L'arrivée sur les bords du Styx se fit en fanfare, Rey étant incapable de se poser quelque part sans faire savoir à l'intégralité du vivant qu'il était présent et ce, aussi loin que portait son cri effrayant. D'ordinaire l'Arkhenneld n'y faisait même plus attention mais la présence du Strashen à ses côtés semblait pointer silencieusement toutes les libertés qu'avait prises l'animal depuis le dernier siècle et l'humeur du chirurgien s'assombrissait en prévision d'un commentaire qui ne venait pas. L'oiseau, plus sensible aux changements d'humeur du démon que celui-ci ne voudra jamais l'admettre se tint tranquille par la suite.
 
Les abords du Styx.. L'Arkhenneld frissonna brièvement en laissa glisser son regard sur le paysage sec. Même s'il refusait que cela ait pu changer quoi que ce soit pour lui, il n'était pas mécontent de la présence d'autres démons à qui il avait machinalement adressé un bref salut du menton, calquant ses gestes sur ceux de son maitre de Ligue. Oui.. cela et l'absence de neige, de sang et de boue. Les démons n'étaient pas les seuls à venir régulièrement contempler le spectacle du théâtre des brumes et Sreyn préférait penser qu'il ne s'était pas rendu plus tôt pour voir de quoi il retournait que par manque de temps. Il tendit machinalement la main et Rey vient y glisser son bec sur lequel le démon referma doucement les doigts, remontant jusqu'à la tête de l'oiseau qui se laissa faire.
 
Le contact d'Alshiv qui le tirait d'autorité sur le bout de terre qui avait eu sa préférence acheva de le tirer définitivement de ses pensées alors qu'il s'assaillait sur la fourrure à la suite de son cadet, Rey s'allongeant derrière eux au lieu d'en profiter pour chasser comme il l'aurait fait normalement. Sreyn lui jeta un regard intrigué avant de hausser les épaules et d'attraper le verre d'alcool que lui tendait son cadet, penchant légèrement la tête pour lire l'étiquette de la bouteille que la main du roux camouflait. Le chirurgien nota qu'il s'en servait un également et amena le verre à son visage pour en humer son contenu en observant pensivement son cadet. Une lueur surprise passa dans ses yeux et il se mit à jouer avec son verre, appréciant la robe et la texture du millésime alors qu'un sourire se dessinait de plus en plus franchement sur son visage.
 
- Merci à toi tu veux dire, tu sais que je ne résiste pas à cette liqueur-là.. Je me demande même comment tu as pu t'en procurer, c'est tout juste si je n'ai pas menacé les sommelleries de m'en réserver l'exclusivité !
 
Le silence s'installa comme un invité gracieux qui sait se faire agréablement oublier. Sreyn savourait son verre sans quitter Alshiv du coin de l'œil, cherchant à deviner ce qui pourrait lui valoir un tel traitement de faveur. Le gamin avait certainement quelque chose à lui annoncer.. Pourtant, la conversation qui suivi ne portait que sur l'animalerie et l'évolution du défi de Satan  et Sreyn lui narra même une de ses dernières anecdotes de chirurgien qui mettait en lumière un noble dans une position délicate. Toutefois, d'agréablement surpris, l'Arkhenneld se faisait de plus en plus suspicieux au fur et à mesure que le dresseur le nourrissait de tout ce qu'il préférait.

Aussi lorsque le plus jeune aborda le sujet qui occupait ses pensées en avançant l'argument de le faire à la demande du chirurgien et des dernières règles qu'ils avaient édictés -bon.. d'accord, que Sreyn avait imposé pour sa santé mentale-, celui-ci resta silencieux, observant Alshiv torturer une de ses mèches de cheveux en gigotant un peu. Sentant le changement d'atmosphère, Rey avait redressé la tête.  Le brun glissa sa main sur la fourrure, paume vers le ciel. Il referma deux fois ses doigts sur sa paume pour réclamer la main de son cadet. Il ne répondit qu'après l'avoir obtenu.
 
- Comment se comporte ce Seigneur Gharaon avec toi ? En dehors des jeux où il officie, je n'ai eu l'occasion de n'échanger que quelques politesses avec lui lors de cérémonie où nous étions tous deux conviés. Le démon s'y était d'ailleurs montré agréable, poli et cultivé et Sreyn s'était même surpris à se rapprocher du petit groupe avec lequel il conversait lorsque celui-ci avait commencé à parler de son art avec une technicité qui avait ravi le chirurgien.
 
L'exécuteur suprême... Lorsqu'il avait appris la nouvelle, Sreyn s'était maudit d'avoir refusé certaines des propositions de partenaires que Yud lui avait soufflé pour Alshiv. Et étrangement, depuis qu'il savait quel intérêt il portait à son protégé, Sreyn ne pouvait s'empêcher de le trouver antipathique, intéressé et sournois. Mais l'Arkhenneld avait beau dire, il pouvait comprendre qu'une personne ayant ses goûts puisse être attiré par le démon majeur dont les griffes étaient loin d'être l'arme la plus redoutable..  Le brun fut toutefois rassuré de l'entendre parler de lui sans l'inexplicable dévotion fanatique qu'il pouvait avoir à l'époque pour Baelsab et sur laquelle le démon inconscient qu'il était à l'époque avait plaisanté avec son grognon de meilleur ami.

Aujourd'hui au contraire, Alshiv se montrait méfiant jusqu'à en devenir paranoïaque. Il faut dire que le danger qu'il craignait semblait venir moins du partenaire qu'il s'était choisi que de lui-même, ce que le chirurgien pouvait comprendre. Lui aussi redoutait un peu de voir Alshiv retomber amoureux comme il le faisait: entièrement et avec passion. Les Strashen n'étaient pas fait pour la demi-mesure et c'était un feu qui emportait tout sur son passage.

Sreyn prit une inspiration pour se donner du courage. Ce qu'il s'apprêtait à faire n'était pas pour le ravir...mais il lui semblait difficile de ne pas encourager Alshiv alors que celui ci faisait de nouveau un pas vers lui. Et pourtant...La dernière fois aussi, il avait été celui qui l'avait encourager dans son amour de jeunesse, apaisant Klane et prenant la défense de ce démon que son meilleur ami aurait volontiers jeté à une meute de lynx des nuées affamées pour oser  accaparer aussi complètement l'esprit de sa petite merveille à corne.

- Pourquoi penses-tu refuser Sh'al ? Tu aimes le théâtre, il a le temps de t'y emmener. Et je ne t'ai pas vu t'intéresser à quiconque depuis presque un siècle -et c'est long, un siècle-. alors il est peut-être temps que..

Il haussa les épaules en se détournant vers le fleuve sans toutefois lui lâcher la main. Les lueurs avaient commencé à danser dans l'indifférence des deux démons et Sreyn les regardaient sans les voir.

- Je vais tâcher de me retenir de le léthéfier tout de suite. Et les poisons ne sont pas ce qu'on fait de plus efficace contre lui donc bon..

Bien sûr qu'il s'était déjà renseigné.

Ses pensées vagabondèrent puis Sreyn raffermit sa pris sur la main de son cadet avant de plonger son regard d'or liquide dans les sclérotites de son cadet, dans sa voix, comme une urgence, une peur irraisonnée et sauvage.  

- Mais jure moi qu'au moindre problème ou comportement qui te mets mal à l'aise tu viens m'en parler et tu me laisse m'en charger.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité



Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:18

Alshiv avait depuis longtemps abandonné l’idée de faire taire les rumeurs au sujet de Sreyn et lui. Qu’ils arrivent ensemble, sur le même animal - et, pour voyager, il n’avait pas hésité à se serrer contre son aîné - pour s’installer à l’écart allait certainement confirmer celles-ci, d’ailleurs… Il ne remarqua pas le bref malaise de son aîné en arrivant au lieu, bien trop focalisé sur l’idée de faire les choses au mieux. Il voulait vraiment que ça se passe bien… Et il se sentait terriblement maladroit.

Malgré tout, une fois installés ensemble, Rey derrière eux, le roux eut l’impression que plus rien n’existait d’autre, qu’il avait réussi… non, qu’ils réussissaient à créer une bulle à eux. Un sourire heureux étira ses lèvres alors que son aîné s’émerveilla de la boisson qu’il avait réussi à trouver. Il avait réellement fait des efforts pour que tout soit le plus parfait possible...

“Oh, tu sais, un chef de ligue peut aussi faire des menaces, quand il s’agit du bien-être de son second...”, répondit-il avec un air rieur, nullement décidé à expliquer réellement comment il avait obtenu la bouteille.

Il était plus qu’agréable de passer simplement du bon temps avec Sreyn, et Alshiv n’avait pas envie que cela s’arrête ou change. Il avait d’ailleurs peur de briser leur bien-être en parlant de Rhain, tout en sachant que, plus tard, Sreyn lui reprocherait de ne pas l’avoir fait. D’avoir brisé la promesse qu’il lui avait faite, de tout mettre à plat avec lui, toujours. Même si c’était dur…

Le fait que son aîné ne réponde pas, après qu’il ait exposé le problème, fit augmenter sa nervosité. Il baissa les yeux sur la main tendue et, soulagé, y glissa la sienne avant de se rapprocher un peu, oubliant les regards qui pouvaient se poser sur eux. Ses joues avaient pris une légère teinte rouge et il garda les yeux soigneusement fixés sur leurs mains.

“Il est courtois, cultivé et attentif, ou attentionné, au choix. Il n’a jamais de geste réellement déplacé… Enfin, je pense que je lui plais, mais… il a une manière de me le faire comprendre qui n’est ni pressante ni insistante. J’aime passer du temps à discuter avec lui, et il ne s’énerve pas qu’il ne se passe rien. J’aurais pensé que cela me gênerait plus de le revoir, après… l’incident pendant ma scarification, mais il sait dédramatiser ce genre de choses, il.. Est rassurant, en un sens. Il me laisse m’exprimer sans chercher à m’imposer son avis ou à estimer que le mien n’a aucune valeur. Je ne me sens pas rabaissé avec lui, ou infantilisé… Il a beau être plus âgé et avoir plus d’expérience, il a beau être plus à l’aise… il ne me fait jamais ressentir ma maladresse ou mes hésitations… Sinon, la question ne se poserait même pas, en fait, je l’enverrais se faire voir.”

Alshiv reposa son verre pour pouvoir se passer la main dans les cheveux. Pour rien au monde il n’aurait lâché celle de Sreyn, et un soupir souleva son torse. Il était évident que l’Exécuteur lui plaisait. Mettre des mots pour décrire son attitude envers lui ne lui faisait que ressentir cela plus intensément encore. Pourtant, il aurait préféré mourir que de retomber à nouveau sur quelqu’un au comportement comme celui de Baelsab avec lui.

“J’ai tout de même conscience qu’il est, entre autre, héritier d’une ligue qui n’est pas nécessairement notre alliée, sans que nous ayons eu d’opposition particulière. Mais il n’a pas de lien particulier avec… qui que ce soit de négatif, d’après ce que j’ai pu vérifier.”

Il s’était renseigné. Il connaissait déjà ce qui était le plus facile à connaître sur Rhain, mais… il avait étudié, lui aussi, ce qu’on pouvait trouver sur l’Exécuteur Suprême. Au moins pour s’assurer qu’il ne retombait pas dans un piège qui, cette fois, ne permettrait pas à sa famille de se relever. Son air se fit, cependant, brièvement malheureux lorsqu’il songea à ce qui le pousserait, certainement, à refuser la proposition du Démon majeur.

“J’ai… peur.”

Il chercha comment exprimer ce qu’il ressentait, laissant le temps à Sreyn de reprendre la parole. Que celui-ci parle d’éliminer son prétendant ne l’étonna pas, et lui tira même un léger rire, avant que le sérieux ne reprenne parfaitement le contrôle de son visage à la demande pressante de son aîné. Alshiv se rapprocha, utilisant leurs mains nouées pour écarter le bras du corps de Sreyn et se blottir contre lui.

“Je te le promets, Sreyn. Si je vois que je n’arrive pas à gérer, ou qu’il va trop loin… Je te le dirai, et je ne chercherai pas à m’interposer...”

Blotti contre Sreyn, Alshiv les resservit habilement, même s’il maîtrisait bien moins correctement sa magie que son aîné. Il réfléchit quelques instants, avant de fermer les yeux et poser sa tempe sur l’épaule du chirurgien, habitué depuis le temps à compenser la présence de ses cornes sans en être particulièrement gêné.

“Quand nous sommes ensemble, lui et moi… J’ai envie de plus. Ca lui arrive d’avoir des gestes ambigus… ou absolument pas, d’ailleurs. Des excuses pour me toucher, un peu plus longtemps que de raison, mais j’ai… tendance à faire de même.  J’arrive à… flirter ? Mais…Je ne suis pas sûre de pouvoir lui donner plus, en fait.”, avouat-il doucement. “J’hésite, à chaque fois… je ne veux pas lui donner de faux espoirs. J’ai peur qu’il ne soit pas aussi honnête qu’il ne semble l’être, mais… Surtout, j’ai peur de...”

Le dresseur s’interrompit, ses joues prenant une vive couleur rouge.

“Tu l’as dit, ça fait un siècle que je ne… m’intéresse à personne, et si j’ai des envies, j’ai mes mains ou quelques accessoires. Et encore, en ce moment je n’ose plus rien faire, je bloque… J’ai peur d’être ridicule, de ne plus savoir y faire, qu’il se moque parce que…. Je ne veux pas qu’il pense que je suis précoce, je ne peux pas lui expliquer la situation… Je ne veux pas lui faire pitié ou honte, lui donner l’impression qu’il a perdu son temps. Et j’ai peur de retomber dans… l’excès, aussi.

Pourtant… j’ai envie de progresser. J’ai envie de recommencer à vivre, Sreyn, tu as raison quand tu dis qu’un siècle c’est long. Père… Papa ne voudrait pas que je reste comme ça, hein ? Mais j’ai l’impression d’en faire trop d’un coup. Recommencer à accepter que je peux, que j’ai le droit de m’amuser, de ne pas rester uniquement dans mon travail, avoir envie de fréquenter intimement quelqu’un...”


Son coeur accéléra, et il chercha du regard les yeux de Sreyn, se mordillant la lèvre un instant avant de reprendre.

“J’aimerais… finir par être digne de… Que tu ne me voies plus comme un enfant à protéger, Srey. J’ai besoin de réapprendre beaucoup de choses pour ça, j’en ai conscience, mais je...”

Le roux s’interrompit, réalisant à quel point, la tête tournée ainsi, le chirurgien était proche. S’il songea à l’embrasser à nouveau, avec bien plus de douceur et moins de désespoir que ce qu’ils avaient pu faire devant la salle d’audience de Satan, il n’en fit rien et sourit timidement.

“... veux faire des efforts, pour toi.”

Définitivement, il ne pouvait pas laisser ses propres pensées arriver jusqu’à ses lèvres. Les envies qu’il ressentait actuellement bouillonnaient en lui, parasitaient ses réflexions et il ne savait plus ce qu’il voulait réellement. Il avait besoin de réapprendre à se connaître, lentement, sans faire souffrir Sreyn à nouveau. Il en avait déjà assez fait à ce niveau là, mais… Quand il sentirait qu’il n’était plus un poids, il espérait bien que son aîné pourrait le voir autrement…

“hum… Pour progresser, je… J’ai beaucoup réfléchi à mes avants bras. Je vois ce que j’ai fait sur les miens, et sur les tiens, et.. C’est très différent. Ce n’est pas uniquement parce que c’est plus simple de travailler sur quelqu’un… Je voudrais… réussir à me réconcilier avec cette partie de moi. Accepter… Que je suis le chef de la famille Strashen, à part entière.”, annonça-t-il, sans savoir si le changement de sujet était adéquat, ou si ça n’en était pas réellement un. “Par conséquent… Est-ce que tu accepterais, bientôt, de m’effacer les marques que j’ai pour que je puisse les refaire, en mieux ? Tu…. voudrais bien m’assister pour la procédure, comme Papa aurait dû le faire ?”

Malgré toutes ses envies de progrès, il était évident qu’Alshiv n’avait toujours que peu confiance en lui-même, et cela se ressentait. Il était prêt à se rétracter, mais Sreyn accepta, et un soupir soulagé franchit ses lèvres. Sans réfléchir, il embrassa la joue de son aîné, laissant ses lèvres trainer contre la peau plus que de raison. Les remerciements qu’il lui murmura à l’oreille étaient chaleureux, et il s’écarta ensuite, reprenant une position légèrement plus éloignée de Sreyn pour reprendre son entreprise de nutrition du chirurgien.

“Enfin, ne vas pas croire que je t’ai amené ici juste pour te parler de ça… Je voulais vraiment que nous passions du temps ensemble. D’ailleurs...”

Le dresseur attrapa une lamelle de viande et la tendit, d’un filament de ténèbres, au Reyshar, un demi sourire aux lèvres. Puis il prit une mine plus sévère et se tourna vers Sreyn, levant un doigt qu’il lui posa sur le bout du nez.

“Toi. Moi. Rey. On a du travail à ce niveau là, et pas qu’un peu.”

Brièvement, il eut envie de laisser sa main errer sur le visage de son aîné. Mais il jouait déjà à ce jeu ambigu avec Rhain, sans savoir s’il oserait un jour céder à ses avances, et il n’était pas question de faire de même avec Sreyn.

“Je viendrai m’occuper un peu de lui, pour qu’il s’habitue à travailler avec moi même s’il me connait bien, et… Ensuite, nous allons faire quelques exercices, pour qu’il obéisse un peu mieux.”

Son ton était sans appel, et Alshiv eut un air sévère, pinçant les lèvres en ramenant son doigt à lui.

“C’est toi… ou moi qui sommes sensés le dresser, pas l’inverse, il ne peut pas te mener par le bout du nez. Et de ce que j’ai vu, pour l’instant… Il y a du travail.”, trancha-t-il. “Que veux-tu qu’il sache faire, exactement, et qu’il cesse de faire ? Promis… On travaillerai sur tout, dans l’ordre que tu préfères.”

Après tout, s’il pouvait passer un peu plus de temps avec Sreyn, pour une activité qui les lie un peu plus… Et, lorsque le chirurgien serait occupé, il pourrait toujours travailler seul avec la monture de celui-ci, n’ayant absolument pas peur du monstre qui aurait facilement pu le déchirer...
Revenir en haut Aller en bas
Sreyn Arkhenneld

Sreyn Arkhenneld

Chirurgien de Guerre

Chirurgien de Guerre


Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:18

Malgré un discours qui ne se voulait pas passionné et en dépit de l’objectivité sincère avec laquelle son cadet essayait de décrire ce Seigneur Gharaon, il était indéniable qu’Alshiv était en train de tomber amoureux. Sreyn soupira intérieurement face à ce démon qui refusait de prendre quelques amants pour s’épargner mais se jetait la tête la première dans une histoire qui s’annonçait déjà sulfureuse. Le chirurgien maudissait les artistes et les sentimentaux lorsque le souvenir d’Ekuan lui revint en mémoire. Ekuan et ses caprices d’artiste, sa démesure, son besoin d ‘attention constant, son orgueil comme une arme à double tranchant et sa désinvolture pour tout ce qui ne le concernait pas. Il se passa la main sur les yeux avant d’aller fourrager dans les mèches sombres en un geste d’agacement. Sreyn n’était pas superstitieux mais il ne pouvait s’empêcher de penser qu’à n’essayer de comprendre ce qui lui échappait chez Alshiv qu’au travers du souvenir de ses amants morts, il allait finir par leur porter la poisse. Mais par certains côtés, ce gamin restait une énigme bourrée de paradoxes qui échappaient complétement à l’esprit rationnel et scientifique du chirurgien.

Il n’avait pas pu s’empêcher de prendre pour lui les remarques du plus jeune qui parlait du fait de se sentir « rabaissé, infantilisé », qui lui faisait « ressentir sa maladresse et ses hésitations ». quant au reste.. On ne pouvait pas réellement dire que l’Arkhenneld avait été capable de dédramatiser ni avait fait preuve d’un grand sang-froid lorsqu’il l’avait aperçue les deux poignets au-dessus d’une bassine d’eau tiédie.  Pourtant, Sreyn encaissait sans broncher d’endosser ce rôle qui ne lui convenait pas, s’efforçant de guider au mieux son cadet sans avoir l’impression de parvenir à grand-chose.

La remarque sur les ligues lui arracha un sourire féroce et une certaine fierté. Le dresseur s’était renseigné ! Amoureux ou non, Alshiv n’en restait pas moins un digne Maitre de Ligue qui jouait admirablement bien le jeu de la chambre des nobles. Et…un gamin effrayé. Aussi. A croire que le roux avait effacé de sa mémoire les presque deux siècles d’existence qu’il avait offert au Sha-Mothbeor. Sreyn exerça une brève pression sur les doigts du plus jeune pour lui insuffler ce qui lui manquait encore de confiance en lui. Alshiv était courageux et brillant, il fallait simplement qu’il s’en souvienne. Le chirurgien ouvrir un peu plus les bras pour accueillir son cadet contre lui sous le regard attentif du Reyshar.

-           Très bien alors. Le chirurgien se détendit, tant pour la promesse que le roux venait de lui faire que de l’avoir contre lui alors qu’Alshiv les servait de ses ténèbres.

Pensant le sujet clos, l’Arkhenneld ne s’attendait pas à ce qui suivi : les hésitations du plus jeune, ses questions d’adolescent qui le rendait plus fragile qu’il ne l’était. Mais ce n’était pas une tirade qui rassurait le chirurgien : Alshiv avait peur de déplaire, d’être trahit par son propre corps presque plus que d’être trahit par l’autre. Mais au moins semblait-il vouloir véritablement reprendre les choses en mains.

-           Tu n’as pas à faire d’efforts pour moi. Autre que de ne plus me cacher de choses importantes qui mettraient potentiellement ta vie en danger et.. Disons que tu as l’air plutôt bien partie.. Il eut un sourire amusé.  Laisse-toi le temps et fais toi un peu plus confiance aussi, tu n’es pas n’importe qui et lorsque tu t’infliges quelque chose, tu ne le fais pas à moitié. Quant à ce qui semble t’inquiéter tant que cela.. Tu ferais grand honneur à n’importe quel employé de maison close pour peu que tu ne les mettes pas tous à la porte cette fois-ci.

Sreyn fronça imperceptiblement les sourcils, ne comprenant pas immédiatement le lien que faisait le dresseur entre ses progrès et ses avant-bras avant de baisser les yeux sur leurs deux peaux scarifiés. Celles d’Alshiv étaient plus brutales, grossières et irréfléchies : parce qu’il fallait se marquer, il avait griffés ses bras. Puisqu’il fallait rappeler les combats que les Strashen menaient contre les animaux les plus dangereux il s’était battu contre celui qu’il redoutait le plus : lui-même.

Le chirurgien s’était interrogé lorsque le roux lui avait fait les siennes avec une application presque respectueuse, un détachement étrange. Mais à l’époque il n’avait pas parfaitement saisi toute l’ampleur du geste de son cadet, ignorant jusque très récemment que ce dernier y avait vu un hommage rendu à son père là où Sreyn avait voulu rappeler à tous le parti qu’il avait pris pour le dresseur.  Alors oui, il était peut-être effectivement temps pour le dresseur de se réconcilier avec cette part de lui-même, d’effacer les traces de luttes pour en dessiner d’autres qu’il accepterait pleinement. L’Arkhenneld ne doutait pas que cette nouvelle idée avait un lien avec ses récentes scarifications et l’exécuteur. Il se demandait simplement si Alshiv était réellement l’investigateur de cette métamorphose qui semblait tant lui tenir à cœur. Mais cette fois encore il décida de lui faire confiance. Ou au moins de faire comme si et de surveiller. Sreyn sourit calmement.

-             Tu passeras quelques jours sans marques aucune le temps de s’assurer de la parfaite cicatrisation de tes tissus, même si tu as toujours eu une vitesse de cicatrisation indécente... Et je t’assisterais. Une lueur doucement impertinente dansa un instant dans son regard. Outre tout le reste, je reste ton second parait-il.

Le brun ne s’attendait pas au baiser spontané de son maitre de ligue, lui arrachant un rire amusé qui finit dans un sourire alors qu’Alshiv lui chuchotait ses remerciements à l’oreille. Rey bougea dans leur dos pour s’affaler un peu plus sur la fourrure jusqu’à effleurer le dos du chirurgien qui s’y appuya machinalement en réceptionnant le roulé de viande farcis que lui présentait son cadet. L’oiseau tourna la tête vers le dresseur sans sembler se préoccuper du finalement de ténèbres qui amenait la viande à sa portée.

Relevant les yeux de son farcis, Sreyn haussant un sourcil interrogateur sous le regard sévère du Strashen qui avait posé un doigt sur son nez, comme pour s’assurer de son attention sur le sujet qui allait suivre et que l’Arkhenneld avait effectivement tendance à éviter.

-           Dit celui qui essaye de le nourrir pendant que l’on est à table… Répliqua malicieusement le chirurgien avant de comprendre au regard qu’il reçut en réponse, qu’il ne s’en sortirait pas d’une simple pirouette cette fois-ci. Il redevint sérieux. Très bien, très bien...  Je veux bien admettre avoir été un peu moins regardant sur ses manières dernièrement..l’euphémisme était intéressant. Mais ce n’est rien de réellement important. Alshiv lui adressa un regard appuyé mais Sreyn ne cilla pas. Il est des choses sur lesquels je n’ai jamais transigé. Il ne mange rien qu’il n’ait tué au préalable ou que je ne lui donne personnellement.  Il vient quand je l’appelle, ne chasse pas dans l’enceinte de la géhenne et attend théoriquement mon autorisation avant de dévorer ses proies. Le reste n’est qu’une succession de détails

Il n’était pas étonnant de constater que pour tout ce qui pouvait potentiellement entrainer un risque d’empoisonnement ou un danger quelconque pour l’oiseau, le chirurgien se soit montré particulièrement stricte. En revanche, sur le dernier siècle, Rey avait peu à peu comblé un peu du gouffre de solitude qui entourait l’Arkhenneld et celui-ci avait trouvé un certain réconfort à la présence de l’immense oiseau caractériel à ses côtés. Le chirurgien avait préféré penser que l’oiseau n’avait fait que répondre à ses attentes et il lui serait difficile d’admettre que Rey grignotait patiemment son autorité. L’équilibre qui en résultait restait délicat : le Reyshar n’avait rien d’un animal de compagnie. Dominant, dangereux, particulièrement intelligent et toujours sauvage malgré le dressage rigoureux qui avait suivi sa capture par les deux démons, il ne laissait rien passer. Dans les premiers siècles, Sreyn devait sans cesse réaffirmer sa position dominante avec parfois plus ou moins de violence. A cette époque, le chirurgien ne comptait plus les nuits qu’il avait passé à les soigner tous les trois.

La mort de Klane et l’empoisonnement d’Alshiv avaient marqué un tournant à bien des égards : particulièrement affecté, le chirurgien en avait oublié la particularité de sa monture, oscillant entre haine, vengeance et désespoir. L’oiseau y avait vu une brèche et avait attaqué pour soumettre ou tuer. Leur dernier véritable affrontement. Quelques jours après, Sreyn prenait la tête des Arkhenneld.

Mais aujourd’hui l’oiseau griffait à la porte pour rentrer dans le salon, suite à une semaine ou Sreyn n’avait particulièrement pas supporté la solitude de son manoir. Le silence et le vide l’avaient poussé à bout au point d’avoir contraint le Reyshar à y passer la nuit et celle d’après. Au regard des méthodes qu’il avait alors employées, le chirurgien s’était attendu à ce que l’oiseau ne revienne pas. C’était un lien étrange qui les unissait et l’Arkhenneld ne pouvait s’empêcher d’y voir le fantôme de son meilleur ami. Il jeta un regard en biais au plus jeune. Il n’allait pas passer une telle occasion de passer plus de temps avec lui, surtout pas sur cette activité-là qui lui manquait aussi, au fond.

-           Je voulais apprendre à garder et protéger des choses. Ou des gens. Ajouta le démon avec un éclat rieur au fond des yeux.  Il avait commencé à le faire un peu mais cela dépend encore trop de son humeur et bon vouloir. Et quant aux exercices à reprendre…Sreyn grimaça. Etre discret lorsque je lui ordonne et ne pas attaquer n’importe quelle créature qu’il jugerait capable de le défier. Je pouvais le tolérer dans ces périodes de rut mais je les trouve un peu trop rapprochées pour être honnête et cela devient contraignant au quotidien. Bien sûr il ne fais jamais rien de répréhensible directement sous mes yeux, ce qui me fait dire qu’il est parfaitement conscient de ce qu’il a normalement le droit de faire ou non. Sreyn fusilla l’oiseau du regard avant de s’en détourner, grognon, jouant vaguement avec les plis de la fourrure du bout de ses bottes. Le chirurgien détestait regarder en face ses lacunes ou manquements. Dans tous les cas, Rey sera ravi de confronter son intelligence et sa vivacité aux exercices que tu voudras bien lui soumettre et j’aurais également plaisir à l’entrainer avec toi.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Satan

Satan

Premier Démon

Premier Démon


Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:19

Soudainement, la lumière des brumes se fit plus intense. Celles-ci frémirent et semblèrent se rétracter sur elles-mêmes, avant de s'étendre brusquement sur le ciel au dessus de l'endroit où se trouvaient les démons et les anges, en longs lambeaux déformés et torturés. Ils éclairèrent alors les lieux de leurs couleurs pâles, et même un peu au delà des spectateurs, alors que la fumée s'étirait un peu plus loin encore, jetant ça et là quelques tentacules effilochés.

Cet éclairage irisé révéla alors des êtres qui s'étaient approchés, sur les terres des Enfers, profitant de l'obscurité et de l'attention focalisée vers le Styx de tous les spectateurs, ainsi que des créatures. De nombreuses créatures, marchant à leurs côtés, docilement, comme des fauves obéissants attendant calmement qu'il leur soit demandé de sauter à la gorge de quelqu'un. Les hommes, eux, avaient le visage masqué par de grands capuchons, et ils s'approchèrent, individuellement, des démons et des anges, comme s'ils avaient chacun repéré leur cible.

Non loin d’Alshiv et Sreyn s’arrêtèrent deux personnes. Sur le dos d’une des silhouette, restée un peu en retrait par rapport à l’autre, reposait une Araignée Tisseuse et ils étaient précédés par un Féylath volant majestueux. Prenant de l’avance, l’un des hommes baissa sa capuche, révélant un visage qui avait été bien connu de la Géhenne : celui du précédent Grand Veneur.

"Stupides démons, à vous prélasser sans vous soucier des menaces qui planent au dessus de vous… Vous allez payer votre insouciance !"

Tayshan eut un mouvement de poignet, et le Féylath se tassa sur lui-même, prêt à bondir, les ailes écartées en position d’attaque. Un sourire fervent étira les lèvres de l’ancien démon.

"Mais je vous donne une chance… Agenouillez-vous et soumettez-vous, Nemeareth acceptera peut-être de vous épargner..."

Son regard était teinté de folie et il semblait avoir oublié tout ce qui se passait avec. Vu le nombre d’animaux et de silhouettes qui étaient à présent sur les berges du lac, il n’y avait aucune chance que quiconque vienne en aide à Sreyn et Alshiv, qui étaient livrés à eux-même. Mais alors que le Féylath se faisait plus agressif encore, la silhouette restée en retrait fit un pas :

"Stop.", gronda la silhouette à l’araignée, posant sa main sur le bras de Tayshan. "Attends, tu sais bien..."

Il y eut une hésitation, la tension semblant s’amplifier entre les deux silhouettes, et Tayshan se dégagea sèchement mais cessa de menacer ouvertement les deux démons, claquant la langue pour que l’animal qu’il dominait cesse de gronder.

"Très bien."

Après un soupir, celui qui ne s’était pas encore découvert le fit. Le visage de Klane était parfaitement fermé lorsqu’il se posa sur Sreyn, ignorant volontairement Alshiv. Il y eut quelques secondes de silence figé, et aucune émotion ne venait troubler l’expression du démon roux. Le dresseur ne semblait pas avoir changé depuis le jour de sa mort, mis à part une cicatrice qui lui barrait la mâchoire du côté droit. N’avait-il pas, également, les cornes un peu plus grandes ?

"Va-t-en, Sreyn. Prends ton oiseau et… mon successeur, et rentre à la Géhenne. Ce qui va suivre… Autant que tu n’y assiste pas."

Tout en lui indiquait, à sa posture et son aura bouillonnante, qu’il était prêt à attaquer, si jamais l’un des deux démons osait s’approcher, ou s’ils n’obéissaient pas. Puis, après avoir assuré d’un regard agressif à Sreyn qu’il ne plaisantait pas, il se tourna vers Alshiv.

"Pourquoi as-tu un masque, Alshiv ? Tu as cessé de porter aux nues le chien qui te servait d’amant ? Montre… Ce que tu portes en dessous. Si tu oses encore arborer les marques de celui que tu fais passer pour mon assassin...", intima-t-il d’un ton qu’il n’avait encore jamais employé pour parler à sa petite merveille à cornes.


Dernière édition par Satan le Mar 3 Avr - 13:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité



Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:20

Alshiv rougit, sans pouvoir s’en empêcher, lorsque Sreyn avait évoqué à nouveau la possibilité qu’il aille dans une maison close. Le chirurgien ne comprenait toujours pas et il fixa la fourrure, la caressant du bout des doigts.

“Non. Ce n’est pas… Je pourrais, oui. Accepter enfin une des putes que tu m’envoie de temps en temps dans le lit, me “vider les couilles”... mais ça ne serait que ça, et… Je crois que ça me ferait juste me mépriser un peu plus. Je n’ai pas… Je ne sais même pas, j’ai l’impression que tout ce que j’ai appris ne compte pas, et qu’il faudrait plutôt que je reprenne les bases. Enfin… progressivement. Je t’en parlerai.”

Se rappeler de ce que lui avait appris Sreyn, faire le tri dans ce que lui avait appris Baelsab, entre ce qu’il aimait pour lui et ce qu’il avait appris à aimer pour son amant. Mais il préféra changer de sujet, et fut soulagé que le chirurgien accepte à la fois qu’il refasse ses marques et de l’assister. Il lui donna un vague coup de coude, sourire aux lèvres, et passa le bout des doigts sur l’un des avants-bras de son aîné. Ses marques.

“Totalement, tu es mon second, et un peu trop impertinent quand tu t’adresses à ton chef de ligue, d’ailleurs !”, souligna-t-il sur le ton de la plaisanterie, avant de se radoucir. “Mais… Ce n’était pas à mon second que je demandais ça, plutôt au démon qui m’a vu grandir.”

Le seul qui pouvait remplacer un peu celui qui aurait dû le guider… Conscient que le sujet était peut-être un peu trop lourd pour la soirée qu’il avait prévue, il la dirigea plutôt vers Rey, soulignant les manquements de l’éducation de la Reyshâr. Les explications qui sonnaient comme de mauvaises excuses lui tirèrent un froncement de sourcils réprobateur, et il attendit, patiemment, que Sreyn parle un peu plus de ce qu’il voulait faire de cette magnifique et dangereuse monture. D’un simple regard, il chercha à prévenir le brun qu’il n’avait pas intérêt à lui apprendre
ce qu’il avait en tête, même s’il voyait l’intérêt de la manoeuvre...

“Je vois, oui. Le remettre un peu dans le bon axe. J’ai quelques exercices en tête qui pourraient lui convenir, tu te doutes que je ne vais pas lui faire des circuits comme pour les Varyah...”

Un vague sourire étira ses lèvres lorsqu’il imagina une Varyah des jardins de la taille de Rey. Il ne serait plus capable de dormir ailleurs que sur l’animal, c’était une évidence. Il secoua la tête pour chasser l’image en réfléchissant à ce qui serait adapté, aussi bien au caractère de la Reyshâr qu’à celui tout aussi orageux du chirurgien.

“Pour la discrétion, ce sera certainement le plus simple, il faudra t’habituer à avoir de quoi le récompenser sur toi, au début. Pour les attaques… Sreyn, il faut que tu t’assures qu’il couvre des femelles de temps en temps, des vraies ou.. Des équivalents de ténèbres, sinon, c’est normal qu’il soit agressif. Tu sais bien qu’il ne doit pas rester des années sans r...”

Alshiv se figea, prenant quelques teintes de rouges, et finit par soupirer lourdement, priant pour que le chirurgien goguenard ne fasse pas oralement le parallèle entre Rey et leur précédente discussion.

“Tu sais très bien de quoi je parle. Et pour la protection… Oui, ce sera une bonne chose. Ne serait-ce que quand tu décideras d’avoir quelques héritiers, ils ne craindront rien avec une Reyshâr en guise de garde du corps. Ou… Quelqu’un d’autre aussi, si ça te rassure. Cela risque, au début, de devoir être assez sélectif, par contre...”

Le dresseur savait ce qui lui pendait au nez, mais… Tant pis. Il continua à expliquer ce qu’il avait en tête pour affiner le dressage de la Reyshâr, tout en s’occupant de Sreyn. Si la soirée pouvait continuer ainsi… il estimerait qu’il avait réussi à faire un petit quelque chose pour son aîné...

Et, soudainement, le paysage se rappela à eux. Ce qu’ils étaient venus admirer, pour avoir une excuse pour passer du temps ensemble, leur intimait brusquement de ne pas endormir leur vigilence. Alshiv se crispa et se redressa, se plaçant par réflexe légèrement devant Sreyn : c’était son second, un homme dont ses propres marques couraient sur les bras. Lui qui s’était également fait marquer, volontairement, par un autre… il n’ignorait pas tout ce que cela pouvait porter. Du moins, il ne pouvait plus l’ignorer, et il comptait faire son possible pour être à la hauteur du gage qui lui avait été fait.

Pourtant, le dresseur savait qu’il n’était pas un combattant, et lorsqu’il vit les deux silhouettes s’approcher plus particulièrement d’eux, il ne doutait pas que cela n’avait rien d’amical. Il jaugea l’Araignée et le Féylath, rapidement, pour estimer lequel serait le plus dangereux dans l’immédiat s’ils devaient se battre. De toute évidence, le poison de l’Araignée passait en seconde position.

“Ne vous approchez pas.”, intima-t-il fermement.

Ce fut inefficace, et le dresseur accusa le coup en voyant un mort - il le savait, l’ancien Grand Veneur était mort lors du Bal ! - se mettre à leur parler. Il se crispa, assura ses appuis. Il n’avait même pas d’arme sur lui autre que son poignard - il fallait toujours avoir un couteau sur soi, c’était une des règles de son père - et il n’était pas spécialement doué avec sa magie, mais… Le feu ferait peur à l’Araignée, ce serait déjà ça. Il ne laisserait pas Sreyn se battre seul pour eux.

“Je ne m’agenouille que devant Satan.”

Le roux avait la même posture, la même attitude que lorsqu’il se battait contre une autre ligue, dans la chambre des nobles. Une assurance qu’il ne montrait pas ailleurs, car il défendait au delà de ses intérêts. S’il n’était pas capable de se battre pour lui-même, déjà bien plus contre lui-même, il défendait toujours les intérêts de sa ligue, sa famille, Sreyn, au mieux de ses capacités.

Mais tout fut balayé. Il y eut d’abord la voix, qu’il reconnut entre toutes, et cela lui fit perdre quelques couleurs. Il refusait que ce soit… Et pourtant, le fait que son père baisse sa capuche le fit reculer, alors qu’il s’accrochait au bras de Sreyn pour ne pas s’évanouir.

“Papa...”, souffla-t-il douloureusement.

Mais Klane l’ignora, s’adressant uniquement à son ancien ami pour leur intimer de partir. Il ne l’avait pas regardé, alors qu’ils commençaient à peine à se réconcilier du tatouage qu’il s’était fait faire par Baelsab. Rien qu’à le voir, Alshiv retombait à cette époque où, même en disant qu’il s’en fichait, ne pas avoir l’approbation de son père le faisait souffrir.

Il se figea sur place lorsque son père se retourna vers lui, le souffle lui manquant. Jamais son géniteur n’avait eu un tel regard pour lui, et ses mots lui firent monter les larmes aux yeux.

“C’est pas… ”

Alshiv baissa les yeux, se soumettant en tremblant. D’un filament de ténèbres, il détacha le lien qui retenait son masque, et celui-ci tomba au sol dans un bruit étouffé par la fourrure. Agrippé à Sreyn, ses résolutions de le protéger étaient en train de s’évaporer : il voulait fuir. Il détestait confirmer ainsi, alors que c’était pourtant faux, ce que venait de dire Klane.

“Je… ne le porte plus aux nues… J’ai compris… qu’il m’avait utilisé, s’il te plait, ne dis pas ça…”

Sa voix était brisée, et il tira sur le bras du chirurgien faiblement.

“Eyn…”

Pourtant, il se retrouva incapable de demander à partir. Il ne voulait pas paraître encore plus faible. Il s’accrochait à ce qu’il aurait voulu être, ce vers quoi il espérait se diriger. Cet Alshiv qui ne fuyait pas… Mais il tremblait d’horreur, et il aurait voulu tourner les talons, rentrer se cacher et songer que tout cela n’était qu’un mauvais rêve...
Revenir en haut Aller en bas
Sreyn Arkhenneld

Sreyn Arkhenneld

Chirurgien de Guerre

Chirurgien de Guerre


Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:20

La lumière s’intensifia sans que cela ne parvienne à déconcentrer le chirurgien du moment qu’il passait avec Alshiv, mais il suffit d’un bref cri à Rey pour que Sreyn passe par reflexe le bras sur l’encolure de sa monture alors que l’animal se relevait souplement, et le chirurgien avec lui. Le Féylath était une bête magnifique qui accaparait déjà toute l’attention du Reyshar qui venait manifestement de classer l’animal dans la catégorie des créatures à soumettre ou abattre et pas nécessairement dans cet ordre-là.

Mais l’animal n’intéressait pas le chirurgien. Il lui avait semblé reconnaitre une aura familière. Trop familière. Néanmoins lorsqu’il avait balayé les alentours du regard c’était comme si le monde avait basculé. Partout, des silhouettes s’extirpaient du Styx et à leurs côtés, des créatures toutes plus dangereuses les unes que les autres. Sreyn n’eut le temps que d’un regard qu’un démon qu’il avait connu sous les traits du précédent Grand Veneur -mort-  vint les menacer directement dans un tissus d’inepties et le regard fou. Et Sreyn était quasiment sûr que celui-ci n’avait jamais eu de fils lui ressemblant autant. Un cousin ? Cette famille n’avait plus jamais fait parler d’elle..

Le chirurgien fronça les sourcils en faisant un pas en arrière pour prendre du recul et rassembler la terre tandis qu’Alshiv se postait légèrement devant lui en intimant aux arrivant –puisqu’ils étaient deux- de s’immobiliser dans un geste qui rappelait son père. Sreyn n’avait pas ce reflexe guerrier de se poster devant quelqu’un. C’était à l’arrière qu’il avait toujours été le plus efficace.

Mais rien n’aurait pu le préparer à la suite. Ce n’était plus seulement son aura mais sa  voix, son visage à quelques infimes détails près –une cicatrice,  la courbure de ses cornes qui semblait plus prononcé, plus longues- et un regard comme il n’avait jamais eu lorsqu’il était posé sur eux. Alshiv avait posé son bras sur le sien, ses ongles sur les marques qu’il avait tracés mais Sreyn le sentait à peine..

Le Grand Veneur n’avait plus d’importance. Le Féylath ne présentait plus aucun danger. Le Styx pouvait continuer à vomir ses silhouettes. Cela ne le concernait plus.

Ce n’était pas Klane. Lui n’avait jamais été capable de cette indifférence, jamais lorsque c’était lui qu’il regardait. Entre eux, il n’avait jamais été question d’un « oiseau » et Alshiv, même au plus fort de leurs querelles avec son fils, il n’avait jamais été que son « successeur » ou pas comme ça. Pas sur ce ton.

Ce ne pouvait pas être lui, mais l’illusion était terriblement cruelle. Le regard agressif qui lui était adressé ne le fit pas ciller. L’Arkhenneld était insensibilisé aux menaces de morts depuis son plus jeune âge et Klane avait toujours été sanguin. Mais ce n’était pas lui, ce ne pouvait être lui.. il l’avait vu mort, s’en était assuré mille fois avant de l’admettre et de laisser le corps. Ce n’était pas lui. Il n’y avait jamais été fait mention nulle part d’un sort quelconque capable de ramener les vivants à la vie, il le savait bien, il avait lui-même tellement cherché, tellement essayé.. Mais les ténèbres ne pouvaient agiter que des pantins de créatures, sans vie ni volonté propre..

Le coup psychologique que celui qui se faisait passer pour Klane assena à leur cadet où mépris se disputait à la haine dans un mélange qui n’avait jamais touché Alshiv jusqu’ici arracha le chirurgien à sa stupeur. Et ce surnom, vieux de plusieurs siècles tordu en un son inarticulé et plaintif acheva de faire le reste.

-          Suffit ! Ce n’est pas ton père et cette mascarade grotesque a assez duré !

Un muret de terre jailli du sol entre eux et leurs opposants, leurs pieds dans un étau de terre, tant les deux démons que le Feylath. Rey eut un cri de victoire.
Dans le même temps, deux mains des ténèbres ramenèrent le masque sur le visage du plus jeune et une autre s’insinua au niveau de la nuque de ce dernier, appuyant d’un coup sec sur ce point d’acuponcture qu’il entoura d’un sort pour qu’il lui soit permis de se réveiller dans une petite demi-heure. De ses ténèbres, il attacha solidement le corps inconscient de son maître de ligue sur le Reyshar qui gonflait ses plumes, les ailes ouvertes et la tête haute dont les claquements de becs menaçant n’auraient pourtant incité personne à s‘approcher.  L’animal ne semblait aucunement disposé à écouter. Du moins jusqu’à ce que le sort cruel qui crépitait au bout des doigts du mage ne s’enfonce dans son poitrail. Alors il poussa un cri déchirant et bondit en arrière, agitant ses ailes comme s’il luttait contre un poison violent.

-          Rentres à la maison Rey. Maintenant !

Contraint par le sort ignoble, la créature obéit. C’était un sort cruel, une petite recette familiale. C’était la seconde fois que Sreyn l’utilisait.

Pendant que l’animal et son précieux fardeau s’éloignaient, Sreyn maintenait toujours le Féylath au sol de son entrave de terre et feu le Grand Veneur avec lui. Mais pour la poupée de cire qui avait pris les traits de son meilleur ami, Sreyn fit une arène.

-          M’en aller ? Alors que tu viens juste d’arriver… ? Tu n’es pas sérieux… Et l’arène se faisait de plus en plus haute. Le ballet des mains de ténèbres venait s’ajouter aux mouvements de ses mains, amplifiant le sort, accélérant la construction J’ai éloigné Rey, tu voudras bien faire de même avec la créature qui t’accompagne ? C’est que tu es parti un peu... précipitamment la dernière fois. Du moins si tu es bien celui que tu prétends être bien sûr. Cela faisait maintenant comme une coupole. Combien de fois Sreyn y avait-il eu recours de par le passé ? Ils avaient capturé Rey comme ça d’ailleurs.

Bien sur, Sreyn doutait encore. Mais il y avait cette infime possibilité, ce “et si..” insistant et tenace, cet espoir ridicule et cruel.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Satan

Satan

Premier Démon

Premier Démon


Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:22

Le mur de pierre sembla surprendre les deux hommes vêtus de noir, et ils ne purent rien faire pour empêcher la Reyshâr de s’envoyer avec son précieux butin. La magie de l’ancien Grand Veneur s’attaquait à leurs entravers de terre, mais celui qui avait pris les traits de Klane restait immobile, crispé, le regard orageux, alors qu’une arène montait au dessus de lui. Lorsqu’il réalisa que Sreyn n’était pas parti, il lâcha un soupir résigné. Tayshan s’attaquait et affaiblissait immanquablement les entraves.

"Tu aurais dû partir avec eux, Sreyn."

Il eut une hésitation, une lueur passa brièvement dans son regard, si inhabituelle par rapport à celui dont il empruntait les traits. Une hésitation, une sorte de peur qui cherchait à étouffer un éclat de rebellion. Il regard en direction de la paroi qui montait et bientôt le couperait de l’autre démon.

"Tayshan… Il est seul, et… Peux tu aller aider les autres ? Nous serons plus efficaces comme ça."

L’ancien Grand Veneur eut un claquement de langue agacée, audible à travers la paroi, avant d’avoir un sourire mauvais. Une langue de ténèbres vint crocheter la terre pour s’infilter et s’étira jusqu’à Klane, passant sous la cape de celui-ci pour s’enrouler brièvement autour de son poignet.

"Attention, Klane… Au moindre faux pas...
- Je sais.", le coupa l’ancien dresseur, tirant un sourire de chat au précédent Grand Veneur. "Sreyn. Libère le, il s’en va."

Lorsque Tayshan se fut éloigné, fondant vers d’autres démons qui, de toute évidence, ne semblaient pas avoir beaucoup de chance qu’un Feylath leur tombe dessus. Cela ne devait pas avoir d’importance pour Sreyn et au fond, ça ne l’étonnait pas. Il eut une hésitation et passa sa main sur la tête de l’araignée, la faisant descendre de son vos.

"Je suppose que quand tu parlais de créature, ce n’était pas que Tayshan ? Désolé, Tijg."

Laissant le monstre descendre au sol, il leva le pied et l’abattit sèchement sur sa tête, faisant craquer sinistrement la chitine. Pourtant, Klane ne bougea pas, restant crispé. Il semblait se focaliser au possible sur le fait de se retenir de quelque chose, et finit par pousser un soupir agacé.

"Tu serais mieux avec le gamin et ton oiseau, Sreyn. Pourquoi tu refuses de m’écouter ? Et de te mettre à l’abri… Mais non, tu n’en fais qu’à ta tête."

La colère brillait dans son regard bleu, et Klane se passa la main dans les cheveux. Celle que le Grand Veneur avait touchée restait sous sa cape, il semblait même faire attention à bouger le bras un minimum. Il semblait nerveux, peut-être de se retrouver là, seul face à Sreyn.

"Tu veux quoi ? Des félicitations pour avoir enfin mis la tête au carré à ton connard de père et ton frère ? T’as attendu que je crève pour t’en charger..."

Le revenant n’avait toujours pas bougé, comme s’il espérait que son immobilisme décourage Sreyn.

"Parce que je ne dirai rien, tu sais. Je n’ai aucun devoir de te fournir la moindre explication. Et..."

Klane s’interrompit. L’hésitation avait à nouveau percé son masque revèche, le regret, certainement, marqua ses traits. Il eut un regard rapide vers l’endroit approximatif où avait été son collègue, sans qu’on puisse savoir s’il le regrettait ou, au contraire, craignait son retour. Mais, de toute évidence, lorsqu’il termina sa phrase, ce n’était pas ce qu’il avait prévu à l’origine :

"... Tu devrais aller t’occuper d’Alshiv."

Il se doutait que c’était bas de taper à cet endroit là, mais cela ne semblait pas le gêner. Il souhaitait, de toute évidence, que Sreyn parte. Peut-être avait-il même espéré ne pas le croiser, en se retrouvant aux bords du Styx.

"Parce qu’on ne va pas parler du bon vieux temps en mâchonnant des douceurs, comme vous sembliez être en train de faire avec mon successeur.", fit-il remarquer, montrant d’un mouvement de menton les reliefs du picnic préparé par Alshiv. "Alors, je suppose que si tu ne veux pas partir… "

Soudainement, le dresseur fut en mouvement, fonçant sur le mage. Il chercha à l’attraper par le col, usant de la main qu’il avait tenu à dissimuler jusque là. Cela permit de voir un bracelet épais et noir, possédant des charnières sur le dessus et, au niveau de la chair tendre de l’intérieur du poignet, une serrure. L’autre main de Klane se leva, prête à frapper, mais il s’arrêta, figé dans son mouvement.

"Une dernière fois, Sreyn. Vas-t-en."

Et pourtant, il sembait incapable de continuer son geste, et lâcha rapidement le chirurgien, se mettant dans une posture qui, de toute évidence, montrait qu’il était prêt à le renvoyer à la Géhenne à coups de pieds aux fesses.
Revenir en haut Aller en bas
Sreyn Arkhenneld

Sreyn Arkhenneld

Chirurgien de Guerre

Chirurgien de Guerre


Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:22

L’Arkhenneld ne perdait rien des échanges entre ses deux adversaires, quand bien même il ne semblait avoir d’yeux que pour la parodie de son meilleur ami, traquant le détail, la fausse note, l’injure qui révèlerait le faux. Il aurait dû porter davantage attention aux attaques du grand veneur contre l’entrave de terre mais la voix de Klane parlait d’un nous qui l’excluait lui pour se rapprocher des « autres », ceux qui les attaquaient. Et ce n’était pas quelque chose que le chirurgien avait eu l’habitude d’entendre. Plusieurs mains de ténèbres se matérialisèrent mécaniquement devant Sreyn en réponse à la langue de ténèbres de Shaytan qui eut l’audace de venir toucher ce qui n’était qu’un pantin ridicule. Mais cette marionnette portait cruellement ses traits et l’Arkhenneld se surpris à se crisper férocement à la menace, lui qui avait toujours été le plus calme des deux, celui qui donnait si bien le change.

Il se répétait que ce n’était que cela, un mauvais tour, un jeu cruel. Pourtant Sreyn n’avait eu qu’une seconde d’hésitation avant d’obéir et de relâcher effectivement le veneur et son Feylath, aussi simplement que cela. Un siècle d’absence pour une seconde d’hésitation.

Qu’il s’en aille. Lui et tous les autres. Qu’on les laisse ! Et si ce ne devait être qu’une illusion, alors qu’on la lui laisse. Une journée, la soirée, quelques heures tout au plus..Le temps de comprendre qui s’amusait à le torturer ainsi.

L’Arkhenneld observa sans ciller l’araignée parcourir ce corps qu’il connaissait par cœur pour se faire violemment écraser d’un coup de talon bien placé. Oui, ça faisait à peu près cet effet-là.. Juste-là, entre les côtes. Et cette partie de lui qui n’est pas celle qu’il aime à montrer, trouva l’éclat sinistre étrangement apaisant. Il eut un sourire froid alors qu’il observait le bras raidit du démon, ce bras que les ténèbres de l’autre avait touché. Sreyn voyait la nervosité dans ses gestes dont certains lui étaient douloureusement familiers et son regard trop bleu qui oscillait de la colère à la peur. Il attaquait comme un animal que l’on accule. Lui, l’ex-dresseur. C’était une mauvaise blague.

-           Tu m’as effectivement laissé avec ce gamin et cet oiseau. Entre autre.

Mais ce jeu ne l’amusait pas. Pourtant la diatribe acerbe concernant le reste de sa famille que Klane avait toujours menacée à mots à peine couverts lui arracha un nouveau sourire. Ça..oui, cela lui ressemblait bien et il ne put s’empêcher de lui répéter ces mots qu’il avait prononcé à l’époque, dans un murmure railleur.

-           Ne sois pas jaloux. Je te les aurais laissé volontiers tu sais..

C’était faux, Sreyn n’avait pas cessé de se mettre en travers du chemin du dresseur lorsque ce dernier se sentait investi du devoir absurde de le protéger de sa famille ; seul environnement où le chirurgien ne l’avait jamais laissé intervenir. Mais il n’était pas là pour ressasser de vieux souvenirs. Pas quand son meilleur représentant se tenait devant lui. Sreyn exigea une explication, de ce ton doucereux qui appelait à la méfiance. Le refus du revenant lui arracha un rictus puis un imperceptible froncement de sourcils alors que le visage de son souvenir se tordait de nouveau.

Le chirurgien compris que le temps leur était compté et chercha à provoquer l’ancien dresseur en réponse à chacune des piques de ce dernier, tandis que ses mains de ténèbres glissaient sous le couvert d’une pellicule de terre pour contourner le démon. L’instant suivant le visage bien trop ressemblant de Klane n’était plus qu’à quelques centimètres de lui et sans l’éclat du bracelet qui attira son attention, il eut été à redouter que le brun ait quelques sérieuses difficultés à aller au bout de ses idées.

Serrant les dents sur sa lèvre inférieure dans ce geste qui le retenait de hurler enfant, Sreyn laissa sans hésiter l’image du roux lever la main sur lui, son geste s’interrompant alors que les ténèbres inquisitrices du chirurgien se dirigeaient vers la nuque du dresseur, pénétrant la chair tendre qu’au moment où celui-ci abandonnait toute velléité à son égard.

Sreyn se décomposa.

Indifférent au grognement de protestation du dresseur, la magie du chirurgien se glissaient contre les ténèbres du Strashen dans une étreinte avide et stupéfaite qui oscillait dangereusement entre l’amour et la haine.

Tout.. tout était là. Chacun de ses organes fonctionnait aussi parfaitement que lorsqu’il l’avait quitté, avec cette très légère tachycardie, ses anciennes cicatrices, ses côtes trop de fois fêlées, le bassin par deux fois fracturé –ce qui avait occasionné de sérieuses railleries – , ce tatouage ridicule qu’ils portaient tous les deux et toutes les autres, presque imperceptibles maintenant mais que le chirurgien connaissait par cœur. Un pan de leur histoire ou un souvenir.

-          Klane… Une plainte sourde mais la fin de la dernière lettre muette est ravalée, barrage d’infortune pour retenir tout le reste.

L’incompréhension dans le regard d’or fait un bruit assourdissant. Parce qu’il est des regards qui peuvent hurler en silence.

Le temps s’étire, le dôme les arrache aux yeux du monde et les bruits qui leurs parviennent encore ne sont plus qu’étouffés. Sreyn a senti la restriction sur les ténèbres du dresseur et immédiatement fait le lien avec le bracelet à son poignet et la menace de Shaytan. Des centaines de questions se bouscule dans sa tête et le souvenir d’Alshiv qu’il a arraché à son père puis le souvenir des paroles acerbes de celui-ci lui permet de reprendre pied. Face à lui, Klane –son Klane - campait sur sa position, manifestement déterminé malgré le déséquilibre de la situation.

-          Ce « nous »….les primordiaux ? Ils ont des esclaves guerriers maintenant. Un éclat de fureur passa assombrir le regard doré. Très bien. Voici la nouvelle version de l’histoire pour ex-tes petits camarades : on s’est battu et tu as perdu. Cet inhibiteur était une mauvaise idée. Tu es mort.

L’Arkhenneld eut un sourire sans joie.

-          Allons, ce ne sera pas la première fois.. Shaytan fait à peu près la même taille que toi je crois. Sans les cornes.

Il y eut un nouveau silence et Sreyn tendit la main vers le dresseur indiquant son bracelet inhibiteur d’un geste du menton tandis que d’autres mains déjà, venaient se poster de part et d’autres comme autant d’assistantes dévouées.

-          Prépare-toi à faire « un faux pas » Klane. Tu rentres avec moi ce soir.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Satan

Satan

Premier Démon

Premier Démon


Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:23

"Putain, Sreyn !"

Ce cri était venu du fond des tripes, sans aucune mascarade, alors que le revenant sentait les ténèbres du chirurgien pénétrer son organisme. Il eut beau se crisper, chercher à repousser la présence inquisitrice, ses pouvoirs à lui étaient bridés. Il n’avais jamais songé un jour pouvoir faire le poids en magie pure contre le mage qu’il avait en face de lui, de toute façon.

Il avait l’habitude. Combien de fois, après une chasse qui n’avait pas tourné aussi bien qu’il l’aurait pensé, Klane avait senti les ténèbres du chirurgien le sonder pour vérifier son état, après qu’il ait une fois songé à atténuer une blessure aux yeux de celui-ci, puis dû garder le lit plusieurs jours à cause de ça ? Au delà de ça, les ténèbres de Sreyn étaient celles qu’il connaissait le mieux.

Surtout… Surtout, il aurait aimé ne jamais voir cette expression perdue dans les yeux du chirurgien, et la sienne se voila en réponse. Regret, appréhension, et toujours ce fond de peur qui semblait l’avoir marqué durablement. C’était la distance qu’il mettait entre eux, espérant encore vainement les protéger grâce à cela. Il fallait qu’ils soient forts pour eux deux, et en réponse à cette conviction son attitude restait farouche.

Un éclat de colère s’alluma dans les yeux du dresseur au terme “esclave”, tout son être se rebellant contre cette étiquette. Et pourtant, il ne dit rien, revèche, même si son visage se crispa à l’idée de mourir encore. Il secoua négativement la tête, encore incertain de ce qu’il voyait se dessiner dans l’esprit du chirurgien.

L’évocation de ses cornes lui fit en toucher une, sans comprendre où voulait en venir Sreyn, jusqu’à ce que l’idée de celui-ci se fasse plus nette, précise. Ses sourcils se froncèrent et il eut un grognement, reculant d’un pas.

"Pas mes cornes.", prévint-il.

Il fallait que Sreyn arrête. Qu’il ne vocalise pas ce que l’ancien dresseur voyait se dessiner, mais… Non. Les mots tombèrent, brutaux, figeant le revenant sur place un instant. Rentrer. Avec Sreyn. Il en avait envie, il ne pouvait le dissimuler. Son corps semblait peser un pâshiran mort.

Klane se rapprocha, levant lentement les mains - ce n'était plus nécessaire de cacher ce bracelet qui muselait ses pouvoirs, Sreyn savait - pour en poser une sur la nuque du chirurgien, l'autre dans ses cheveux. Il le força à baisser un peu la tête, comblant leur quelques centimètres de différence, jusqu'à ce que leurs fronts se touchent, ses doigts fourrageant dans les cheveux courts alors qu'il pétrissait la nuque de l'autre main. Le dresseur ferma les yeux.

"Je peux pas, Sreyn. Je voudrais. Je suis certain qu'il n'y a plus personne pour surveiller que tu te foutes pas dans les emmerdes jusqu'au cou... Mais me demande pas ça."

Il refusait de lâcher le chirurgien. Ses mains étaient avides du contact de la peau de celui-ci. Son souffle. Il était vivant, il allait bien. Il fallait que cela reste ainsi. Il n’avait pas le choix. Il fit basculer le visage de Sreyn, frôla à peine ses lèvres du bout des siennes. Cela suffisait à raviver parfaitement ses souvenirs. Klane s’écarta à regrets.

"Je peux vraiment pas."

Lentement, le dresseur s’éloigna, sans quitter le chirurgien du regard, retirant sa main de celles, ténébreuses, de son vis à vis. Progressivement, son regard changeait, pour devenir plus buté, plus effrayé. L’idée de repartir avec Sreyn semblait lui faire de l’effet, même s’il faisait son possible pour le dissimuler.

"Tu vas rentrer. Tu vas être en sécurité, avec mon fils, et tu l’aideras à devenir quelqu’un de vraiment bien, je sais qu’il en est capable, surtout avec toi. Et moi, je vais rester où je suis."

Le Strashen secoua la tête, se mettant à marcher dans l’espace exigu qu’avait délimité l’Arkhenneld autour d’eux, les bras croisés sur son torse, les poings serrés. Il ne fallait pas que la situation lui échappe, de toute évidence.

"Tu ne comprends pas. Tu n’as pas idée de ce qui pourrait se passer. De ce qui se passera."

Il s’arrêta, jetant un regard suppliant à son ancien ami. Il fallait qu’il accepte à tout prix de laisser les choses comme elles étaient. Il ne savait plus comment formuler ses obligations pour que le message passe enfin… Une inspiration, pour se donner du courage. Continuer à refuser ce qu’il aurait rêvé de pouvoir accepter.

"Je veux que tu sois en sécurité, Sreyn. Et pour ça… Je dois rester en arrière. Mais c’est pas grave, tu l’as dit toi-même… Je suis déjà mort."
Revenir en haut Aller en bas
Sreyn Arkhenneld

Sreyn Arkhenneld

Chirurgien de Guerre

Chirurgien de Guerre


Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:26

Le chirurgien se crispa un peu plus au contact de Kane –son Klane- qui eut ce geste qu’il avait toujours lorsque l’Arkhenneld se braquait contre une idée, une situation présente ou à venir. Alors le dresseur lui massait la nuque, le crâne et le haut des épaules à sa façon un peu bourrue mais diablement efficace jusqu’à faire disparaître les tensions de son corps. La plupart du temps les velléités du chirurgien prenaient le même chemin, Sreyn lui cédait sous le couvert d’une condition ou deux lorsqu’il n’en rajoutait pas une couche et les deux démons se retrouvaient quasi irrémédiablement dans des situations stupides ou simplement grotesques, rarement inoffensives.

Sous ce geste simple, plusieurs d’entre elles lui revinrent en mémoire, comme la fois où ils avaient pénétré chez un noble, bourrés, parce que Klane avait décrété que celui-ci ne s’occupait pas assez bien de sa créature extrêmement rare. Sreyn ne se souvenait plus de la créature en elle-même sinon qu’elle mordait et griffait atrocement et que le manoir était celui d’un mage paranoïaque qui avait truffé celui-ci d’artefacts de sécurité. Ou encore celle où ils s’étaient invités à la soirée déguisée d’un démon qui avait tenté de forcer l’Arkhenneld lors d’une orgie, pour verser des laxatifs puissants dans les petits fours et des vomitifs dans les boissons. Sauf que Satan s’était pointé à ladite soirée..
Il avait milles souvenirs de ce genre mais aucun capable de le faire sourire de la sorte en y repensant n’avait eu lieu au cours du dernier siècle. Alors cette fois ci pour le faire lâcher, il allait falloir un peu plus que lui masser la nuque.

-           Rassures toi. Je suis parfaitement sage .. Pour se foutre dans les emmerdes, il faut quelqu’un pour décréter que ce que l’on fait est une connerie. Ou que ce qui nous arrive n’est pas normal et que cela mérite réparation. Combien de fois Klane s’était offusqué de ce que l’Arkhenneld jugeait comme « insignifiant » ou « normal », combien de fois s’était-il dressé contre l’éducation stricte de Kaern ? Mais ce n’est plus le cas. Sryen eut un rictus dangereux et cruel qui ne lui appartenait pas Et ne t’inquiètes pas. Je ne comptais pas demander.

Mais Sreyn était incapable de se couper de son contact et il dut attendre que le geste vienne du dresseur. Lui-même devait se faire violence pour ne pas planter ses ténèbres dans les chairs du Strashen en un piège d’épines qui lui couperait toute retraite. Le fantôme d’un baiser le prit en traître, ravivant l’éclat dangereux de son regard en lui arrachant un grondement sourd, comme un avertissement.

Klane n’en tint pas compte. Refusant. Niant ce qu’il était, ceux qu’ils étaient. La suite ne fut qu’un lent compte à rebours, chacun des mots du dresseur piétinant  un peu plus de ce que le chirurgien possédait encore de retenue et de raison.

-          Qu’est-ce que tu ne comprends pas dans le « tu rentres avec moi Klane » ?

Le ton était doux, d’un calme effrayant. Le corps raidit de tensions, Sreyn pianota dans le vide. La terre autour d’eux se mis à trembler tandis que les ténèbres du chirurgien léchaient le sol. Le dresseur fuyait, lui qui n’avait jamais fui devant rien ni personne. Et l’Arkhenneld commençait à en avoir marre qu’on massacre les siens

-          Tu as peur Stashen ? Tu crois que ça ne peut pas être pire que ça ?...plusieurs projectiles de terre s’élevèrent pour grossir doucement autour d’un visage qui se tordit sur un rictus douloureux et cruel Ton fils n’est pas en sécurité avec moi Klane..

Le dresseur se mit à faire les cents pas comme un fauve en cage, bras croisé et poing serrés, frustré, perdu, contraint. Mais les chaînes qu’il portait aux poignets n’étaient que celle qu’il voulait bien porter ! Sreyn trouva au fond de lui un reste d’indulgence pour son ami de toujours, tandis que le dresseur essayait de s’auto-persuader d’agir au mieux de leurs intérêts. L’Arkhenneld se doutait qu’il avait dû en passer par là pour accepter sa situation et se dire que son sacrifice n’était pas vain. Mais il n’y avait rien de plus faux. Et si c’était ce maigre réconfort-là qui l’empêchait de revenir à lui, alors Sreyn savait ce qui lui restait à faire. Il ferma les yeux un instant. Blesser Klane avait toujours été ce qui lui était le plus difficile. Les projectiles de terre avaient maintenant une taille conséquente mais le dresseur leur accordait à peine un regard. Le chirurgien siffla un juron entre ses dents, maudissant cet imbécile qui, décidément, avait choisi de ne rien lui faciliter.

S’énerver véritablement ne lui fut pas difficile. Il lui suffit d’ouvrir un peu la porte..

-          Tu ne comprends pas ! Tu n’as AUCUNE IDEE de ce qui s’est passé et de ce qui finira par arriver… Parce que si tu restes ici Klane, le prochain que TU offriras à la servitude des primordiaux ce sera TON FILS ! TU DOIS REVENIR ! JE n’arrive A RIEN, ni avec lui ni avec le reste ! Alors oui je vois bien que tu as peur ! Je ne sais pas comment ils t’ont ramené ni quel en a été le prix mais je sais que te mettre un genou a terre ne leur a pas été facile.

Le simple fait d’imaginer ce qu’ils avaient potentiellement fait pour le faire plier acheva de le mettre en rage et le premier coup partit. Au corps à corps, Sreyn commençait toujours en visant le plexus afin de couper la respiration à son adversaire et lui asséner un coup vicelard derrière la nuque quand il ne visait pas directement les points vitaux.

-          Mais bordel ! Tu n’en as pas assez de le voir devenir le jouet décérébré de plus cruel que lui ?! Combien de fois il va falloir que vous creviez pour comprendre ça ?!

Mais lorsqu’il se battait contre Klane, il n’y avait plus de règles et surtout pas celle de le blesser réellement. Le torse, le ventre – qui fait mal mais ne laisse pas de marques, ou bien moins que partout ailleurs- , les côtes, l’oreille pour mettre à mal l’équilibre et pousser la douleur un peu plus loin encore, les balayettes traîtresses et le coup qui vient cueillir au menton pour s’assurer qu’il tombe de toute sa hauteur. La VIème légion n’est pas tendre, les Arkhenneld sont cruels.

-          Tu m’emmerdes Strashen ! T’avais pas le droit de me faire ça !! Je SAIS PAS prendre soin de qui que ce soit ! Je répare, c’est tout et c’est toujours trop tard ! Alors TU REVIENS  et tu ASSUMES ! Tes fils, moi, tout !

Lui marteler ses arguments à grands coups de poings, l’attaquer sur les deux fronts, vicieusement. C’était un Arkhenneld à son point de rupture qui affrontait un Strashen acculé, buté, effrayé. Il fallait au moins cela.

Haletant, Sreyn se redressa en chancelant, la lèvre fendue, la tête bourdonnante et le corps douloureux. Mais ce n’était rien à côté de ce qui enflait encore dans sa poitrine et continuait à le lacérer de l’intérieur. Il s’écarta un peu pour se rattraper au dôme fragilisé par les projectiles de terre qui avait sifflé de toutes parts bien que sans jamais les toucher eux, provoquant sous la coupole un boucan assourdissant qui ne pouvait pas être ignoré de l’extérieur.

-          La dernière fois. Que je me suis retrouvé vaguement blessé.. Sreyn eut un rictus narquois sous l’ironie de ses propos tandis qu’il reprenait son souffle...je venais de me faire massacrer et culbuter par un type important mais pas vraiment le genre pour lequel j’aurais écarté les cuisses. l’arkhenneld eut un regard effrayant et son corps fut malgré lui parcouru d’un frisson qui ne manqua pas de l’énerver. Il se redressa un peu plus, surplombant Klane vers qui il se baissa pour lui tendre la main Ça m’a permis d’interférer auprès du Seigneur Satan, et de sauver Alshiv.

Sreyn se jura qu’il n’oublierait pas de sitôt la tête que tirait actuellement son meilleur ami. Entrelaçant farouchement ses doigts à ceux du dresseur, l’Arkhenneld planta son regard d’or liquide dans le sien avec un sérieux détestable malgré le sourire complice qu'il lui adressait

-          Alors tu vois Klane, je fais vraiment de mon mieux, mais je ne suis pas sûr d’arriver à le sauver et à y survivre si il doit y avoir une quatrième fois et je t’ai pas tout dis. Mais je te laisse le choix : tu viens avec moi...ou c’est moi qui prends ta place pour faire la pute des primordiaux. On sera sans aucun doute bien plus efficace comme ça.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Satan

Satan

Premier Démon

Premier Démon


Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] EmptyMar 3 Avr - 13:27

Ce n’était pas tant l’idée de ne pas repartir avec Sreyn qui faisait mal, mais l’incompréhension de celui-ci, qui rendait tout plus difficile. Il savait pourtant que ses explications parcellaires ne suffiraient pas.  Et il ne voulait pas se battre avec le chirurgien. Même si son pouvoir de terre enflait autour d’eux, même s’il le savait au bord de la rupture, il refusait de lever la main sur lui. Il refusait de se faire frapper et blesser par son meilleur ami. Plus que tout, il refusait de lui montrer à quel point il avait été affaibli, même s’il avait fait son possible pour se muscler à nouveau.

Il avait détesté chaque rictus, chaque expression froide qui le faisait bien trop penser à cette raclure de Kaern pour les trouver à leur place chez le chirurgien. Chaque provocation. L’idée d’être le raisonnable des deux, alors qu’il s’agissait de défier une autorité, ne lui était pas étrangère. Ramener Sreyn à la raison… Ou faire la connerie avec lui, jusqu’au bout. Il aurait voulu pouvoir le suivre. Il voyait le moment de rupture arriver, celui où Sreyn basculerait.

Les premiers coups furent verbaux. Klane se troubla, secoua la tête, tassé sur lui-même dans une position qui ne lui ressemblait pas. Il ne voulait pas répondre, il refusait d’expliquer à son chirurgien ce qui s’était passé. C’était quelque chose qu’il devrait accepter d’ignorer. De toute façon, quoi qu’il dise… Le Strashen avait toujours été buté. Il savait ce qu’il faisait. Il protégeait Alshiv et Sreyn, quoi qu’en pense ce dernier.

"Non !"

L’exclamation était partie en même temps que le premier coup de Sreyn. Une supplique pour lui - leur - épargner ça. Le chirurgien toucha, faisant naître une lueur de détresse dans le regard du dresseur. Il devait dissimuler ça. Il devait attaquer, répliquer, pour dissimuler au possible son état. L’Arkhenneld n’irait pas jusqu’à lui briser quelque chose, et s’il fallait pour répliquer imaginer qu’il se battait contre ses tortionnaires... Il allait faire un effort d’imagination.

Il avait perdu en capacités, il le savait bien. Ce qu’il avait vécu avait laissé des traces dans son organisme, que Sreyn avait dû remarquer, s’il ne s’était pas trop focalisé à vérifier ce qu’il connaissait. Les primordiaux s’étaient toujours assurés qu’il puisse toujours être fonctionnel, dans le long terme. Mais lorsqu’il avait retrouvé un semblant de liberté, il était incapable de faire le moindre effort trop longtemps. Trop de privations, trop de coups et de périodes de convalescence mal respectées. L’idée que Sreyn ou Alshiv puisse vive ça à leur tour lui donna assez de force pour rendre coup sur coup, autant que possible, au démon qui lui faisait face, une fois débarrassé de sa cape pour ne plus entraver ses mouvements.

Il cherchait pourtant à épargner au possible les zones les plus fragiles qu’il connaissait chez son meilleur ami. Le dos rendu plus sensible par l’éducation abjecte de ses parents, sur lequel il n’avait jamais voulu taper, cette blessure à la cuisse dont Sreyn avait gardé la marque plusieurs années. De toute évidence, ce n’était pas le cas du chirurgien, qui l’attaquait vicieusement, physiquement et verbalement parlant, l’épuisant. Lui faisant réaliser les dangers qu’ils encouraient tous les deux, en plus des primordiaux… Comment imaginer qu’ils puissent, en plus, faire face à cette nouvelle menace ?

Une chute plus rude que les autres vida ses poumons en un râle rauque, son adversaire au dessus de lui. La panique lui fit donner un violent coup de pied, sans qu’il y réfléchisse, et il écarquilla les yeux en réalisant qu’il venait d’ouvrir la lèvre de son adversaire… de Sreyn. Il fallait que cela cesse… Il ne pouvait simplement pas accéder à ce que voulait le chirurgien. Il les assumait déjà, à sa manière…

Avec la prudence de celui qui a déjà eu plus d’une fois l’habitude de ne pas pouvoir se relever après s’être pris une râclée, Klane se tassa sur lui-même, ramenant progressivement ses membres à lui. Il eut l’air effaré et outré lorsque Sreyn lui avoua sa dernière mésaventure, un éclat dangereux et protecteur passant dans son regard, qui promettait mille souffrances à celui qui avait osé faire ça. Mais apprendre qu’Alshiv avait eu des ennuis avec Satan même… Les deux ne pouvaient-ils se débrouiller seuls ? Il savait, pourtant, qu’Alshiv avait un bon potentiel, et que Sreyn… Sorti de l’ombre de son père…

Il attrapa tout de même la main tendue, accepta l’aide pour se redresser. Il voulait rentrer. Tout son être lui hurlait qu’il devait être aux côtés de ces deux là… L’horreur se peignit sur ses traits lorsque Sreyn proposa de prendre sa place, lui laissant voir à quel point le chirurgien était épuisé, à bout, privé de la moindre alternative.

"Non. Non non, ne dis pas ça, Sreyn.", refusa-t-il, se rapprochant avec horreur de l’Arkhenneld. "Je te laisserai jamais tomber entre leurs griffes."

Les épaules du Strashen s’abaissèrent en signe de défaite, et il se rapprocha un peu. Il ferma les yeux, brièvement, pour raffermir sa détermination. Dans cette position, il savait que Sreyn ne pouvait pas voir l’intégralité de son corps, surtout pas son bras libre… Il serra le poing, visant l’estomac du chirurgien pour le sonner d’un coup et gronda de frustration lorsque les ténèbres du Démon majeur réagirent au dernier moment pour bloquer en lui faisant perdre toute sa force. Il lui jeta un regard féroce.

"Par les couilles de Satan, Sreyn ! Pourquoi faut-il que tu sois aussi buté ! Tu l’as dit toi-même, vous ferez pas le poids, si les primordiaux attaquent et essayent de vous viser ! C’est CA que je veux éviter ! Je veux pas qu’ils vous posent la main dessus !" Il n’avait pourtant pas lâché Sreyn, et eut un soupir, se mordant la lèvre. "Si je refuse encore… Tu vas me tabasser jusqu’à ce que je n’aie plus l’occasion de refuser, c’est ça ?"

Il n’avait pas réussi à cacher l’angoisse que cela lui procurait. Tout son être avait envie de supplier Sreyn de ne pas le frapper plus, pas dans ces conditions ; pas dans l’idée de lui faire accepter quelque chose de force alors qu’il ne le voulait pas… C’était bien trop proche de ce qu’avaient fait les primordiaux. Cela serait destructeur pour eux, il le sentait. Sreyn ne s’en remettrait jamais. Il ne pouvait pas lui faire ça. Le faire céder en mettant en avant que, sinon, ils étaient en danger était déjà une torture.

"Très bien. Mais c'est à deux conditions. Et c'est non négociable, Sreyn. Déjà... Tu me jure que vous vous en sortirez contre les primordiaux. Que vous ferez face... Qu'on fera face. Ensemble. Et la seconde... Je veux le nom de chaque enfoiré qui t'a fait du mal quand j'étais pas là. Surtout le dernier."

Klane était mortellement sérieux, pour cacher le fait qu'il avait parfaitement conscience de ne pas être en position de négocier. Il n'avait aucun moyen de faire céder Sreyn, autre que le fait que son ami réalise à quel point il avait besoin d'avoir au moins l'impression qu'il avait son mot à dire sur ce qui lui arrivait. La réponse du chirurgien lui tira un reniflement.

"D’accord. Tu as gagné… on… attire Tayshan ici, on le bute, et ensuite… je rentre avec toi. Et si tu veux … on pourra me couper une corne… Pas les deux, s’il te plait..."

Sreyn devait se rappeler, sans doute aucun, de l’attachement que Klane avait pour ce symbole d’un sang fort. Tous les mâles Strashen étaient cornus, ou ils n’étaient pas. Lovets s’était débarrassé de son grand frère, comme ça, car il ne présentait pas les bons attributs. Il aurait certainement fait de même, si Alshiv n’en avait pas eu.

"Je… Vais appeler le Feylath, Tayshan devrait suivre rapidement. Autant que je sois à nouveau à terre pour ça. Le Feylath va défoncer ton mur, veille à le refermer quand Tayshan sera passé. Ca te va ? Cogne moi."

Une fois à la “merci” de Sreyn, Klane siffla, avant de lever le bras pour se protéger le visage. Le Feylath ne tarda pas à arriver, passant sans mal à travers la barrière de terre fragilisée. Grondant, il était prêt à attaquer, au moindre ordre du dresseur, mais restait pour l’instant immobile. Ce ne fut que lorsque Tayshan arriva, visiblement mécontent, que Klane se dégagea de l’étreinte du chirurgien, rampant proche du Feylath pour être sûr de pouvoir le maîtriser rapidement.

"Tayshan ! Il.. il est devenu fou et m’a attaqué, je ne fais pas le poids sans mes pouvoirs..."

L’ancien Grand Veneur eut un sourire carnassier en regardant Sreyn, sans bouger pour l’instant. Du sang avait maculé son visage, et il tenait deux courtes faucilles dans une position agressive. Il semblait se délecter de l’instant. Il observa le mage relâcher la terre autour d’eux et jeta un coup d’oeil rapide à Klane, qui se redressait difficilement en s’appuyant lourdement sur le Feylath. Hors du dôme, les combats faisaient rage, et

"Alors, Klane… Toi qui était prêt à tout pour qu’il n’arrive rien à ton cher Sreyn… A présent, tu veux bien qu’on s’amuse un peu avec lui ?"

Le dresseur passa un bras autour du cou de l’animal pour le tenir plus fermement, regardant autour d’eux avant de baisser la tête. Il surveillait, en réalité, les piques de terre qui ne tarderaient pas à venir s’occuper de l’animal, il n’en doutait pas.

"S’il te plait… On pourrait juste l’assommer…? Au moins… fais ça proprement..."

Tayshan haussa les épaules et fit apparaître des filaments de ténèbres, totalement focalisé sur Sreyn.

"Je commence tout juste à m’échauffer, tu as de la chance. Mais si tu es sage, on peut te ramener chez les primordiaux, il seront ravis de t’avoir à leur merci..."

Klane attendait le bon moment, le bon geste de Sreyn. Il tenait fermement le Feylath et n’hésita pas à planter son poignard dans sa carotide, d’un geste précis, pour qu’il s’énerve sans mourir de suite. Il fallait du spectacle. Lui même fut envoyé au sol d’un coup de patte rageur de l’animal, qui fondit ensuite sur lui pour, heureusement, n’avoir que le temps de le mordre à l’épaule avant de s’écrouler sur lui. Il n’avait plus qu’à compter sur le chirurgien…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty
MessageSujet: Re: Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]   Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 5 - Tentative de retour à la normale [PV Sreyn]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 3000 personnes manifestent pour le retour d'Aristide
» RETOUR DE JMB 11?
» Tentative de meurtre à l'exodar
» [UPTOBOX] Le Retour des bidasses en folie [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Le Retour des Charlots [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Per Aspera ad Inferi :: Zone Events :: Archives Event-
Sauter vers: